A propos de « Peur sur la ville. La sécurité numérique pour l’espace urbain en France ».

A propos de « Peur sur la ville. La sécurité numérique pour l’espace urbain en France » de Myrtille PICAUD, 2021, Paris : Ecole urbaine de Sciences Po.

Présenté au séminaire Travail, Temporalités, Technique, LEST, Aix-en-Provence, le 12/11/2021

Une matrice de réflexion très aboutie

Avec cette grande étude présentée en 30 pages, Myrtille PICAUD offre une matrice de réflexion particulièrement stimulante dans le champ des études sur l’espace public ainsi que dans celui des études de la dynamique des technologies numériques.
Son étude présente dans une première partie, de manière inédite à notre connaissance, le marché des dispositifs qui utilisent différentes techniques numériques pour la sécurité des espaces urbains. La seconde nous montre comment les stratégies des firmes industrielles et de service numérique se déploient dans différentes villes et métropoles. Il s’agit pour l’instant d’expérimentations, certes très avancées pour certaines, qui ne permettent pas de dessiner un contour net de l’idéal-type de la safe city européenne du début du 21ème siècle. La troisième et dernière partie décline les enjeux urbains des stratégies des différents acteurs : firmes industrielles, sociétés de surveillance, municipalités et instances territoriales et supra territoriales.
L’articulation de ces trois études fournit plusieurs perspectives de réflexion d’une actualité particulièrement sensible. Trois perspectives particulières nous semblent s’imposer à la discussion : les imaginaires de la ville, la place qu’occupe la technique dans les études des sciences sociales, enfin la perspective du gouvernement territorial.

Les imaginaires de la ville des années 2020
Les dispositifs numériques irriguent aujourd’hui toutes les existences intimes, familiales, amicales, associatives et professionnelles. De l’équipement personnel (connexion internet, smartphone, objets connectés) aux serveurs informatiques de télécommunication (le plus grand, installé au sud de Pékin, occupe une superficie de 600.000 m2, soit la surface de 110 terrains de football) en passant par les réseaux de vidéosurveillance, les caméras légères de reconnaissance biométrique, et les pass numériques pour l’accès à des zones sous contrôle, ce sont des masses considérables de données qui peuvent être agrégées et traitées afin de calculer, tracer et contrôler des flux de personnes et de matériel.
La discussion des imaginaires de la ville est un classique des études urbaines (Choay, 1965; Picon, 2018). Picon rappelle que « toute une série de travaux historiques ont montré en effet comment le numérique, au lieu d’apparaître comme le fruit d’une série d’innovations radicales conduisant à une rupture franche avec le passé, n’est que le troisième moment d’un processus plus évolutif que l’on peut faire débuter avec l’avènement de sociétés fondées sur la production et l’usage de quantités massives d’information à la charnière des XIXème et XXème siècles … Plus généralement, on observe un parallélisme frappant entre les étapes conduisant à l’apparition de la ville intelligente et celles qui conduisent à l’avènement du numérique » (Picon, 2018, p. 80-81). L’auteur insiste surtout sur la fonction de nœud de communication des villes pensée par Norbert Wiener : fonction qu’il s’agit de préserver à tout prix en situation extrême (guerre, invasion), d’où l’importance de la modélisation et de la vision de la ville comme système d’information inspiré de la cybernétique. Désormais il s’agit d’installer des plateformes. Myrtille Picaud pose à plusieurs reprises la question de la finalité de ces plateformes. Des plateformes certes performantes, mais pour quelle socialisation ? Est-ce que les simulations réalisées par les logiciels pour les déplacements des citadins s’associent à une vision particulière de l’occupation de l’espace ? Tout porte à penser qu’une vision très normative de l’espace urbain est en jeu : pas d’individus stationnaires, il faut circuler, la présence dans l’espace urbain se justifie d’autant mieux que s’affirme l’intention de consommer (Picaud, 2021, p. 27-28). La fin du papier esquisse à ce titre de manière allégorique une possible alliance entre Walt Disney et régulation quasi-militaire de l’espace urbain.

Quel place de la technique dans les analyses de la ville ?
Une seconde perspective semble patente dans l’analyse présentée. Elle est d’envergure et pourtant trop peu considérée. La lecture des stratégies des firmes orientées vers la sécurité urbaine fait apparaître une gestion publique bien peu entreprenante devant tant de prouesses techniques. La technique c’est un rapport au temps, c’est une opportunité en même temps qu’un possible enfermement. L’analyse de Myrtille Picaud met clairement en évidence un univers de fonctions : des fonctions de service dans l’espace public : protéger des biens et des personnes, séparer des comportements au sein de la ville, isoler certains passants. Mais aussi des fonctions techniques afin de délivrer ce service : enregistrer des signaux de fréquentation d’espaces particuliers, entreposer les données et procéder à des calculs intensifs multidimensionnels provenant de différents services de police et de réseaux numériques dits sociaux. Finalement il apparaît clairement que les ressources technologiques sont prêtes mais que les débats publics n’ont pas encore eu lieu. Il nous semble judicieux de remarquer, à l’aide de l’historien Bertrand Gille (1978), que le rythme technique est bien supérieur au rythme de la culture et de la démocratie. Les équipements sécuritaires sont foisonnants et disponibles pour leur installation et effectuation, ils bénéficient des techniques électroniques qui sont affinées depuis près d’un siècle d’industrie.

Quel gouvernance territoriale ?
La troisième perspective en découle : vers quel gouvernement municipal et territorial peut-on aller ? Myrtille Picaud pose la question des enjeux du déploiement de la sécurité numérique dans les espaces urbains selon un angle trop peu adopté : celui de la gestion et de l’appropriation de l’espace urbain. Sensible sans doute au droit à la ville présenté par Henri Lefebvre (1968) dans son célèbre ouvrage, elle considère avec précision la place de la technique proposée par les différents opérateurs pour s’intéresser aux transformations de l’aménagement urbain, aux stratégies de ciblage d’espaces particuliers ainsi qu’à celui de certains modes d’occupation de l’espace.
Les plateformes numériques qui ont été installées depuis une quinzaine d’années n’existent pas sans la collaboration quotidienne de millions d’usagers. Nourries par ces informations, celles-ci sont devenues si familières qu’une substitution majeure est en passe de s’imposer en douceur (Rouvroy et Berns, 2013). Il s’agit de faire admettre qu’un calcul des expériences peut prendre valeur de vérité au point de remplacer l’expertise professionnelle lentement forgée dans la pratique (le médecin, le mécanicien, le pédagogue, le législateur, …).
Ne risque-t-on pas ainsi d’évoluer progressivement et sûrement vers une gouvernance automatique des villes ?

La totalité de la note de lecture (10 pages) est consultable ici 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search